L’écluse des Trois Fontaines

Cette écluse de Vilvorde a été peinte par Andreas Martin dans la 1re moitié du 18e siècle.

Le canal de Willebrouck a été inauguré en 1561. Il a ouvert une voie de communication simple et rapide entre Bruxelles et Anvers (et la mer du Nord) et donné un véritable coup de fouet à l’économie bruxelloise. A la hauteur des Trois Fontaines à Vilvorde, le canal était équipé d’une écluse aux vannes arrondies, une innovation technique développée en Italie au début du 16e siècle. C’est cette "écluse de Vilvorde" qu’Andreas Martin a représentée au premier plan de ce magnifique panorama.

Au premier plan à gauche, on aperçoit l’écluse, la barge des Trois Fontaines, prête à regagner Bruxelles, et la fontaine Saint-Michel. La statue du saint patron de Bruxelles au sommet de la fontaine rappelle que le canal est une initiative de la ville.

Sur l’autre rive se dresse la maison de l’éclusier jouxtée par un jardin qui semble s’étirer jusqu’aux rives de la Senne serpentant le long du canal. Un peu en recul, on devine le lit d’une deuxième rivière, la Woluwe, bordée de quelques imposantes propriétés. Il pourrait s’agir du château de Belval, l’un des bâtiments les plus anciens de Machelen (à gauche) et de la ferme de Pitsenburg (à droite). Nichés entre ces deux points, le village de Machelen et l’église Sainte-Gertrude se distinguent dans le lointain.

Andreas Martin
L’auteur de ce petit tableau, Andreas Martin, est né à Bruxelles en 1699. Il peut être compté parmi les disciples de Jan Bruegel l'Ancien et travaille encore dans le style du 17e siècle. Sa production se compose en grande partie de paysages imaginaires mais il peint aussi des représentations de Bruxelles et de ses environs. A l’époque, il connaît un certain succès. En effet, un grand nombre d’amateurs d’art possèdent une ou plusieurs de ses œuvres dans leur collection. Il peint des tableaux sur commande ou selon le goût de ses clients. Ceux-ci sont principalement des membres de la noblesse et des hauts fonctionnaires de l’autorité centrale ou de la ville. Il appartient probablement à la grande bourgeoisie et collectionne dessins et gravures pour son compte personnel. Il décède en 1763 et est enterré dans le cimetière des Saints-Michel-et-Gudule.