Les Trois Grâces se refont une beauté

Du 26.04.21 > 02.05.21

En 2021, la fontaine des Trois Grâces est au centre d’une étude préalable en vue d’une restauration complète. En avril, les restaurateurs effectueront plusieurs tests pour établir un protocole de restauration.

Cette première étude permet d’analyser en détail les techniques et matériaux utilisés pour la réalisation de la fontaine. Grâce à cette expertise, le musée et l’Institut Royal du Patrimoine Artistique (IRPA) espèrent apporter un éclairage nouveau à de nombreuses interrogations historiques.

À ce jour, nous n’avons que peu d’informations concernant cette fontaine. Son origine, son utilisation et son histoire restent floues.

La première étape, réalisée en janvier, nous livre déjà de nouvelles informations sur l’histoire de cette sculpture.

Qui sont les Trois Grâces ?

Cette fontaine anthropomorphe a rejoint les collections en 1889. Elle représente trois jeunes femmes nues. Une thématique très à la mode pendant la Renaissance. Les jeunes femmes entourent une colonne dite toscane : fût lisse, base et chapiteau arrondis. Elle repose sur un socle en forme de pyramide tronquée. Prénommées Aglaé, symbole de la Splendeur, Euphrosyne, symbole de l’Allégresse et Thalie, l’Abondance. Probablement les filles de Jupiter et Eurynomé, elles évoquent la vie qu’elles traversent en dansant.

L’une des Grâces se présente de dos avec les cheveux tressés noués sur le front. Les deux autres s’appuient nonchalamment sur la colonne. Leurs longs cheveux bouclés retombent sur leurs épaules. Des panneaux trapézoïdaux encadrés agrémentent les différentes faces du socle. Cette évocation de  bas-reliefs figurent des scènes mythologiques liées à l’eau et à la fécondité.
L’eau jailli grâce à cinq jets provenant des seins de deux des Grâces et d’un des reliefs sur le socle. Il n’y a pas de vasque pour recueillir l’eau qui s’écoulait donc directement sur le sol.

Infos pratiques

  • Durant l’étude, la salle des Trois Grâces n’est pas accessible. mais vous pouvez observer les restaurateurs au travail.
  • Cette restauration est menée par l’IRPA avec le soutien de la Fondation Perier- D’Ieteren
  • 1er phase : du 11.01 > 22.01.21
  • 2e phase : du 26.04 > 02.05.21